Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le retour- Eternel

histoire, religions, philosophe

Réflexions sur la main du diable

Publié le 1 Octobre 2015 par Maurice Nimbus

« La main du diable »

Le très bon passage de ce film qui évoque la chaine des hommes voir des âmes rappelle celle des compagnons quand ils s’unissent.

L’histoire :

Randonneurs et touristes se retrouvent pour dîner dans un relais de montagne. Un homme étrange et visiblement inquiet (Pierre Fresnay) fait irruption et demande une chambre. Il porte avec lui un mystérieux paquet qu’il ne quitte pas des yeux. Soudain, un orage éclate provoquant une coupure de courant. Lorsque la lumière revient, le paquet a disparu et l’homme est désespéré. Il raconte alors son histoire…

Analyse et critique

En 1940, le Ministère de la propagande nazie crée la Continental-Films. Société de production française financée par le régime allemand, cette structure a pour objectif de produire des œuvres distrayantes et contrôlées par l’occupant. Le tristement célèbre Joseph Goebbels, en charge de la propagande, déclarera avoir fondé le studio pour y produire des « films légers, vides, et si possibles stupides » ! Autrement dit, un moyen d’occuper les esprits et de limiter toutes formes de résistance. A la tête du studio, il nomme Albert Greven. Ancien militaire allemand et admirateur de la culture française, Greven jouera un rôle particulier dans les productions de la Continental. Il est évident que si le contrôle voulu par Goebbels est bien mis en place, le caractère ‘stupide’ des films ne sera jamais développé par Greven. Entre 1941 et 1944, la Continental produit une trentaine de longs métrages de qualité dont certains sont devenus des classiques (on pense notamment au Corbeau de Clouzot). Ces films sont pour la plupart réalisés par des artistes de talent parmi lesquels Henri-Georges Clouzot, Henri Decoin, Christian-Jacques ou Maurice Tourneur. Dans ce contexte particulier, il est important d’éviter l’amalgame entre ces films et l’idéologie fasciste. S’ils sont produits et contrôlés par les Nazis, ils n’en deviennent pas pour autant des films de propagande. D’ailleurs, seuls trois d’entre eux ont été interdits à la Libération car jugés proches du régime de Vichy.

Analyse de François-Olivier Lefèvre parue sur :

http://www.dvdclassik.com/critique/la-main-du-diable-tourneur

Il est dit que « Le tristement célèbre Joseph Goebbels, en charge de la propagande, déclarera avoir fondé le studio pour y produire des « films légers, vides, et si possibles stupides » ! Autrement dit, un moyen d’occuper les esprits et de limiter toutes formes de résistance », certes ce film occupe les esprits comme l’immense majorité des films mais la méthode Goebbels n’a guère changée, d’autres l’utilisent toujours comme Hollywood. Sans oublier des séries, émissions TV complètement délirantes ou même rencontres sportives servant exclusivement à déconnecter les raisonnements, ce à quoi il faut ajouter, nourritures modifiées, OGM, Chemtrails et bien sur les médias diffusants des informations ambigües pour ne pas dire fausses.

Commenter cet article